FAQPortailAccueilRechercherAllgendaS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Introduction

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nephelë
Reflet d'Argent


Nombre de messages : 502
Age : 28
Personnage : Nephelë (PVE) Sayïa (RP)
Classe : Prêtre
Professions : Enchanteresse / Couturière
Date d'inscription : 29/09/2009

Feuille de personnage
Nom, age, sexe, profession:
Description:
Statut actuel:

MessageSujet: Introduction   Jeu 29 Mai - 10:15

[Par Alyssande]


La carcasse du vaisseau grinçait et tremblait, et l'éclairage de sécurité donnait aux réfugiés une allure blafarde et sinistre. Obsydiane finissait de contrôler les sangles qui maintenait les possessions des colons, glissant sans mal sa silhouette fine d'Aurin au milieu de la cargaison

On avait embarqué à la hâte et les manœuvres de leur pilote lui laissait craindre le pire : sans ce matériel, la survie des réfugiés sur Nexus serait sans aucun doute compromise.

Il leur accorda un regard plein de compréhension : lui aussi avait dû fuir son foyer face au Dominion. Mais ces gens serrés les uns contre les autres devaient aussi fuir les charognards de tout poil : pirates, maraudeurs... Exploitants de la misère humaine.

La voix d'une petite fille l'arrêta :

« - Monsieur ? »

Il se tourna vers elle : il ne la dépassait que d'une tête,.

« - Qu'y a t-il, jeune fille ? »

Elle lui tendit des colliers faits de coquillages et de perles en plastique, assemblés avec des matériaux de récupération d'une main maladroite.

« - J'ai fait ça pour vous et les deux dames ! Pour vous remercier ! »

Se hissant sur la point des pieds, elle lui passa un collier autour du cou.

« - C'est très gentil »

Elle lui sourit, ne le lâchant pas des yeux. Son allure de petit troll, comme l'appelait Alyssande, à la chevelure en touffe verte ou se mêlait des fleurs aux couleurs chatoyantes, fascinait les jeunes humains.

« - Je donnerai le sien à Alyssande. Mais tu sais, tu peux donner le sien à Anastasia ! »

D'un mouvement de sa tête-touffe, il indiqua la Mordesh à l'entrée de la soute. Ses yeux et les implants qui combattaient les effets de l'élixir d'éternité luisaient faiblement : une lueur verte, sinistre, comme une aura qui la nimbait. Obsydiane frissonna.

La jeune humaine secoua la tête : son courage mis à rude épreuve n'avait pas prévu comme option de parler à une morte vivante à crête aussi terrifiante.

« - Ok, je leur donnerai. »

Des explosions à l'extérieur de la carlingue secouèrent l'appareil. Les cris de terreur se mêlèrent au rugissement des tuyaux qui s'étaient rompu et libéraient de la vapeur : l'Aurin se jeta sur les valves et les consoles pour maîtriser la situation, regardant la Mordesh disparaître par le sas.

Anastasya fit irruption dans le cockpit après avoir franchi la coursive avec la vélocité féline qui la caractérisait. Des chocs sourds sur la coque indiquaient un abordage. Elle soupira. Quelques membres de l'équipe fermaient les cloisons étanches et enfilaient leur casque.

Elle entra dans le poste de pilotage au moment où le vaisseau réalisait une série de manœuvres impliquant des tonneaux et des chandelles : il y réagissait mal et semblait sur le point de se désagréger à chaque virage, ses tuyères rugissant comme un animal à l'agonie.

Dépassant du siège, une chevelure argentée, deux oreilles féline et une queue pelucheuse étaient animés de mouvement chaotiques.

De sa voix glacée, Anastasya interpella la pilote :

« - Ce tas de ferraille ne va pas y survivre ! »

« - Ce n'est pas... »

Un virage serré plaqua la Mordesh contre la paroi.

« - ...Un tas... »

Le vaisseau piqua, et derrière la verrière un appareil de petite taille, genre abordeur, grossissait à vue d’œil. Serrant ce qu'elle pouvait, Anastasia prit un air résigné.

« - ...De FERAILLE ! »

Au dernier moment elle frôla -ou heurta- l'obstacle, arrachant les troupe d'abordage, et probablement une partie du blindage.

« - Là ! Bien fait! Bande de... De... De Vilains ! »

L'Aurin aux commandes poussa les gaz et reprit sa trajectoire alors que des alarmes rugissaient et que les voyants clignotaient furieusement, donnant l’impression d'une fête foraine déjantée.

La Mordesh rajusta sa tenue sans se départir de son calme et insista :

« - Qu'est ce qui t'a pris de prendre cette épave ? »

L'impétueuse pilote coupa les alarmes et jeta un œil aux écrans : la quantité de rouge ne laissait rien présager de bon.

« - C'est un vaisseau de collection et le seul assez vaste pour les réfugiés et leurs affaires que j'ai trouvé ! Et en plus, il est rouge ! La peinture était encore fraîche quand on a décollé... Je suis sure qu'il a été remis à neuf ! »

D'un petit bond, Anastasya se rapprocha du siège de la pilote.

« - De la peinture. Bien sûr. Et le vendeur aurait jamais osé camoufler une épave en vaisseau quasi neuf pas cher juste en refaisant la peinture, non ? Foutue Protostar ! Tu t'es encore faite avoir ! »

Alyssande sauta sur le haut du dossier pour faire face à la Mordesh, ses yeux félins plein d'assurance rivés sur les yeux phosphorescents de son amie.

« - Alors de un, je me suis pas faite avoir ! Et ce vaisseau est super rapide, en plus ! »

Un point clignotant sur l'écran du lidar attira le regard d'Anastasia.

A bord du « Ver Solitaire », une bande de maraudeurs, des pirates féroces, menés pour l'occasion par le capitaine Walrus Von Worm, se préparaient à la revanche.

« Capitaine, on est sur une trajectoire d'interception ! Cette maudite peluche va payer pour ce qu'elle a osé vous faire ! »


Sur l'autre vaisseau, l'air blasé la Mordesh faisait face au chaton pelucheux.

« - Et qu'est ce qui te fait dire ça ? »

Reprit-elle, l'air fatigué.

« - Si c'est rouge, ça va plus vite ! C'est connu ! Et pis flûte quoi ! On a pas quitté la planète ? Évacué les colons ? Distancé les pirates ? Hein ! »

L'Aurin avait une moue boudeuse étrangement adorable et les yeux pleins de vie.

« Ils changent pas de cap, capitaine : je dirais même qu'ils accélèrent ! »


A bord  du vaisseau rouge - donc possiblement plus rapide - la queue de l'Aurin poussait le levier des gaz alors qu'elle tournait le dos à la verrière

« - Et pis en plus, madame la zombie de l'espace ! Qu'est-ce que t'y connais , en vitesse ? »

« - Heu, Aly... »

« - Y a pas de Aly qui tienne ! T'es juste vilaine avec moi ! J’étais toute seule et pis j'ai fait une super affaire ! »

Dans le poste de commandement du Ver Solitaire, le capitaine dont les cheveux avait été rasé et peints en rose dévoilaient un marquage fluo : « je mange mes crottes de nez », avec un dessin représentant une Aurin lui tapant dessus.

« On devrait peut-être... Fin, elle s’arrête pas capitaine ! »

Ignorant le danger, Alyssande poursuivait :

« Pis bon, c'est pas comme si je l'avais pas vu venir le vendeur ! Et pis j’avais pas les sous... Alors si on a un vaisseau presque correct il a eu des sous presque vrais ! Haha ! T'en dis quoi, le zombie spatial ? »

« - Aly... »

Accrochant les accoudoirs de son siège, le capitaine serrait les dents : elle allait bien s’arrêter ? Soit elle lui rentrait dedans, soit elle percutait la ceinture d'astéroïdes de Nexus ! Le pilote sentait la tension monter : la sueur dégoulinait sur son visage, sur sa nuque.

« Capitaine ? »


Anastasia haussa son sourcil. Le voyant d'alerte collision se reflétait dans ses boucles d'oreilles.

« - Bon, d'accord : c'était pas sympa de ma part. Mais moi, je l'aime bien ce vaisseau ! Il est rouge et il en a dans le ventre. »

Le pilote du vaisseau pirate, les mains sur les commandes, sentit sa confiance lâcher.

« Capitaine ? »

Sa voix avait un accent hystérique.


Alyssande observait son amie, qui ne quittait pas son air blasé.

« - Alyyyy ? stop ! »

« - Quoi, Aly ! »

L'Aurin se laissa tomber dans le siège face aux commandes. Sans perdre de temps, elle boucla son harnais et, la mains sur les gaz, annonça d'une voix posée sur les communications interne « accrochez vous ça va secouer ».

Les moteurs poussés à leur extrême limite faisaient vibrer le vaisseau, faisant grincer les plaques de métal au même rythme que les dents des passagers.

« Capitaine ! »

Le pilote hurlait. Derrière lui, enfoncé dans le siège de commandement, son supérieur hurla à son tour

« Sors-nous de là ! Elle est cinglée ! Ouvrez le feu ! Lâchez tout, tant pis pour la prise ! »


Manœuvrant avec précision, le bolide rouge se glissait entre les tirs de canons. Quelques uns frôlèrent la coque, gondolant le métal surchauffé, et les alarmes reprirent leur concert de protestations.

L'Aurin exultait. Elle alluma un antique lecteur de bande magnétique, et de la musique aux accent rocks se répandit via les com dans tous le vaisseau. 

« - Et voilà ! Là, tu sens comme on va vite ? »

Agrippée au siège, Anastasya, imperturbable, soupira :

« - Tu es cinglée, tu le sais ? »

« - Ouep ! »

Le Ver Solitaire tentait de se dégager : son pilote, paniqué, accéléra brusquement, se jetant sur les rochers massifs qui formaient un amas circulaire autour de la planète Nexus. Les deux appareils se frôlaient sans cesse, arrachant des antennes et projetant un feu d'artifice d'étincelles alors que les deux coques glissaient l'une contre l'autre dans un bruit inquiétant.

« - Yeeeeah ! »

Tournoyant à plein vitesse, le bolide rouge en plein trajectoire balistique se ruait vers la planète au milieu de rocs capable de le broyer au moindre impact. Le choc de l'entrée en atmosphère secoua l'appareil et des flammes l'entourèrent rapidement.

« - Aly, redresse ! »

« - Heu... J'ai plus de réacteur, et je pense que le truc en flamme qui tombe sur notre droite, ce sont les moteurs droit... Mais t'inquiète, je gère ! Enfin, je pense... »

La musique légère de la compagnie Protostar s'éleva dans la cabine, et un petit hologramme les toisa méchamment.

« - Ce vaisseau n'a pas été payé ! Dans le cadre de la législation galactique et en accord avec les contrats Protostar, tous les systèmes vont êtres coupés dans 20 secondes. Passez une bonne journée ! »

Anastasya s'affala dans le siège vide le plus proche et boucla son harnais dans un calme serein.

« - Le Karma, je suppose. »

« - 20 seconde pour poser le vaisseau... Un jeu d'enfant ! »

L'Aurin jubilait. Elle modifia sa trajectoire, piquant droit vers le sol avant de redresser au dessus de l'eau. Après quelques rebonds, le vaisseau s'immobilisa – entier, par miracle - sur la plage.

Rapidement, Obsydiane fit évacuer les colons et le matériel. En un rien de temps, le vaisseau fut vidé, laissant les trois amis à coté de la carcasse désormais inutilisable.

« - On repart comment ? »

Les deux filles fixèrent la tête-touffe et répondirent en cœur :

« - A pieds. »

« - Oui. Forcément...Ah, et y a une gamine qui vous a fait des colliers ! »

Il tendit les deux colliers aux jeunes femmes. La jeune Aurin écarquilla des yeux et sautilla comme si on lui tendait un trésor. De son côté, son amie l'accepta avec son flegme coutumier, tout en se tournant vers la peluche bondissante.

« - Bon, et concernant nos gains ? On en est où ? Vu que tu n'as pas vraiment payé le vaisseau, on a dû faire un bénéfice substantiel ? »

« - Ah... Oui, heu, justement... Voilà... »

« - Aly ? » La Mordesh prit son air dépité, la crête tombant un peu pour renforcer son attitude.

« - Me dis pas que... »

« - Ben, ils avaient rien, et leur matériel était tout usé ! Ils s'en seraient pas sortis avec... Alors j'ai pris sur nos gains tu vois... On pouvait pas les laisser comme ça. »

« - Ils nous reste combien ? »

Alyssande sortit quelques pièces - à peine de quoi payer un repas à la prochaine taverne -  deux jolies perles en verre - rouge donc rapides selon les Aurins félines - et trois bonbons.

« - Ah, et on a aussi reçu des jolis colliers. »

« - Et les bonbons ! » reprit avec entrain Obsydiane en les distribuant avec entrain.

Anastasia afficha un sourire doux tout en prenant son bonbon.

« - Fallait que ça se passe comme ça, faut croire... Et comme tu le dis : on a des jolis colliers »

Elle jouait négligemment avec les perles du colliers.

« - Haut les cœurs ! Allons aider ces gens à s'installer ! C'est super, non ? Ils sont libres maintenant et en sécurité ! »

Alliant le geste à la parole, Alyssande entraîna ses compagnon vers les réfugiés en riant.

Dans la ceinture d'astéroïde, au milieu des débris du poste de commandement émergea, furieux et humilié, le captaine Von Worm

« La Garde d'Argent ! Je me vengerai un jour ! Je me ven... »

Coupé dans sa vindicte par la chute d'une lampe, le capitaine sombra dans l'inconscience.

_________________





Revenir en haut Aller en bas
http://ishtart.deviantart.com
 
Introduction
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lettre d'introduction de l'ambassadeur Flamand
» [Le pays de Bree] La vieille Fôret (Introduction.)
» Introduction et menu
» entrevue en vue d'une introduction (éventuelle) au village
» [HELP] Vidéo D'introduction.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Garde d'Argent :: La Grande Bibliothèque :: Vies Antérieures :: Wildstar :: A propos de la Garde-
Sauter vers: