FAQPortailAccueilRechercherAllgendaS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Retrouvailles. (écrit par Mat'aenna + dialogue ig)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nephelë
Reflet d'Argent


Nombre de messages : 495
Age : 28
Personnage : Nephelë (PVE) Sayïa (RP)
Classe : Prêtre
Professions : Enchanteresse / Couturière
Date d'inscription : 29/09/2009

Feuille de personnage
Nom, age, sexe, profession:
Description:
Statut actuel:

MessageSujet: Retrouvailles. (écrit par Mat'aenna + dialogue ig)   Jeu 12 Jan - 13:47

Ce ne fut qu’après être sortie de la cantina, qu’après s’être éloignée de tout ce beau monde, que la gamine se sentit mieux. Plus sereine… plus elle-même. Loin de toutes ces personnes qui lui devenaient familières et dont elle se méfiait pourtant encore, c’était comme un grand poids qui tombait de sa poitrine, qui la quittait, pour s’évanouir dans les miasmes des couloirs du l’Ancien Marché Galactique. Comment pouvoir s’attacher, comment faire pour vivre avec la sensation perpétuelle de reconnaissance sans se sentir coupable, sans se sentir un boulet pour eux ? Impossible pour la jeune Twi’lek, qui voyait dans cette occasion de se montrer plus qu’utile un moyen d’exprimer ce qu’elle aurait voulu leur communiquer avec des mots – ce dont elle était foncièrement incapable. Les humains étaient sans doute plus doués en la matière ; mais ce qui était certain, c’était que l’alien y trouvait aussi son compte. C’était bon, de sortir du vaisseau, des règles qui régulaient la vie à bord, de ne plus sentir le poids du regard de tous ces Jedis qui la scrutaient, qui lui souriaient, mais dont elle pouvait presque percevoir la dérision, au travers de tous leurs mots mielleux. A travers toute cette histoire, ces deux Siths morts, la poursuite du troisième – le plus dangereux mais dont Mat’Aenna était à peu près sûre de la présence aux côtés de ses acolytes – elle trouvait enfin la possibilité de renouer avec le genre de vie qu’elle connaissait. Le danger, l’émotion intense de ces sensations fortes qui coulaient un délicieux frisson aux fins fonds des tripes. L’impression de se sentir utile, l’immersion brutale avec la réalité. Le fait de se retrouver propulsée dans l’action… Ça valait la meilleure des drogues de quand on faisait la fête dans les squats qu’elle connaissait, dans son « ancienne vie »… qui n’était pas si ancienne que ça.

Un plan ? Elle aurait aimé en discuter plus en détail avec Jil’, mais ils s’y étaient tous mis. Berryl, Aly qui l’avait suivie (rectification : l’Amirale Aliénor, ça rigolait pas !), Asha, qui était descendue sur Coruscant alors qu’elle aurait plutôt dû se reposer…

Une pointe de culpabilité traversa l’échine de la Twi’lek bleutée, qu’elle tenta de chasser d’un haussement d’épaules, alors qu’elle venait de descendre du taxi qui venait de la déposer en vitesse dans le quartier des Justicars. Un coin pourri, sûr, où la lumière du ciel était loin, inexistante pour les habitants des taudis qui avaient la malchance d’habiter ici, et qui risquaient pas vraiment d’en sortir. De toute façon, ils auraient pas su se débrouiller dans l’coin, non ?

D’un autre côté, elle s’était sentie tellement submergée par leurs attentions qu’elle avait bâclé un plan et s’était précipitée en dehors de la cantina. Pas bien intelligent non plus. En tout cas, elle tenait là une occasion en or de leur prouver qu’elle n’était pas du côté des Siths. Contacter son maitre était une idée horriblement risqué – tout pouvait tourner mal, l’adolescente ne se faisait aucune illusion sur ce point – mais en dehors de ça, elle ne voyait pas bien comment retrouver Darth machin dans tout l’réseau des entrailles de Coruscant. C’était forcément là qu’il se terrait, en attendant de pouvoir partir sereinement. Il devrait rejoindre ses contacts qui lui feraient quitter la planète au plus vite : il passait pas inaperçu… Et son maitre, il connaissait ces contacts. En tout cas, des pros-Impériaux qui se chargeraient du sale boulot, sans risque pour sa précieuse carcasse.

Et pour ça, l’idée de la jeune fille était plutôt simple. Il faudrait prendre le risque de jouer double-jeu devant son maitre, mêler le faux au vrai… et pourquoi pas créer une fausse rivalité entre les deux « amis » ? Chez ces tarés, cette notion n’existait pas. Et c’était un levier qu’il ne fallait pas négliger.

Souriant à un type qu’elle connaissait vaguement de vue pour s’être pintée la gueule deux ou trois fois dans le même bar au cours de ses errances, les blasters mis en évidence, la Twi’lek s’enfonça plus avant dans le quartier en proie à une véritable guerre ouverte, mais qui pour l’instant restait étrangement calme. Une ou deux prostituées battaient le pavé, adossées à des bidons vides en attendant le client ; une bagarre avait éclaté à la sortie d’un night-club glauque où une musique criarde se déversait dans la large coursive. Plus de deux heures durant, la jeune fille battit le plastibéton, se coulant dans les ruelles, traversant des arrière-cours, s’orientant dans le dédale des rues construites de bric et de broc, espérant ne rencontrer aucun problèmes en route ; mais une Twi’lek de son âge, sans forme, habillée comme elle, ça ne pouvait intéresser personne, de toute façon ! Et mis à part un vieux clochard qui partit en courant quand elle tira près de ses pieds pour le décourager, Mat’Aenna passa complètement inaperçue.

Un peu fatiguée, la gamine tenta de se repérer encore une fois, et soupira de soulagement. Voyons… Près d’ici devait habiter un vieux trandoshan susceptible de l’aider. Irrildan, impérialiste parce qu’ils payaient bien, avait été soudoyé selon les dires de son maitre avec un kilomètre de luxusoie et deux femelles zabraks qui venaient soigner ses vieux jours. Coûteux, mais bon, les ressources des Siths… Un mystère pour l’esclave qui n’avait pas poussé la curiosité jusqu’à demander comment il pouvait bien se procurer la thune.

Bref, le vieux devait peut-être être en mesure de contacter son maitre… Après tout, lui aussi devait être intéressé par des artefacts anciens. Et puis, il voudrait sûrement savoir comment sa petite Twi’lek préférée s’y prenait pour harponner les Amirales !

D’une pierre, deux coups. La gamine sourit lorsque le vieillard lui ouvrit la porte : elle le salua avec énergie, tâchant de se montrer positive et à l’aise. Son plan marcherait peut-être ? Déposant une petite pile de crédits devant lui, elle lui exposa le but de sa visite, en essayant d’étouffer la bouffée d’anxiété qui s’empara d’elle lorsque son interlocuteur se mit à bidouiller l’holocom. Rien ne pouvait lui arriver pour le moment, de toute façon. Peut-être.

D’un geste nerveux, l’alien bleu foncé se posa sur le canapé en synthécuir décrépi, pendant que l’image de son maitre se matérialisait devant elle.

« -Tiens, tiens… Mais qui voilà ? Je me demandais si tu me donnerais de tes nouvelles, Mat’. Tu sais, je m’inquiétais un peu de si mon cadeau trainait encore dans ton corps ou si on trimballait ton cadavre. Qui disparait de temps à autre… J’attends des explications, chérie. Je suppose que tu t’en doutes ? »

« -Ouais, ouais. Chuis sur un gros coup. Une amirale. Alors… Euh, bon, j’ai joué l’grand jeu. Pour vous, hein… Alors vu qu’elle m’a sondée, ben, l’a détecté un truc au cœur. Bref, maint’nant elle a hyper confiance en moi. Et justement, vu qu’elle doit avoir confiance selon VOS directives, ben, elle a eu un souci. Enfin, une jedi. Sa copine, j’crois… J’ai besoin d’savoir si c’est possible que j’vois vot’pote. Histoire que l’Amirale s’venge dessus et que j’devienne sa préférée, ‘voyez ? J’fais du beau boulot, non ?
-Et tu penses que je préfères voir un ami mort pour tes … hypothétiques informations ?
-Ça vous dirait pas d’piquer les affaires de votre ami collectionneur ? Pis si c’est pas lui qui s’fait tuer, ce s’ra l’Amirale, pis sa copine là, donc… l’un dans l’autre, pour vous c’est toujours bonus, non ?
- Hum... Une Jedi tu dis ? 
-Ouais. Vos amis ont pris une Jedi pour cible. Moi j'la connais pas, mais j'commence à être amie avec sa Padawan.
-Que sais-tu sur la Jedi ?
-J'crois qu'c'est une copine à l'amirale, donc elle doit être riche.
-Elle est en vie ?
-Ouais, il s'est passé un truc hyper bizarre avec elle. Elle a détruit les circuits électriques d'infirmerie. Flippant. Vous lui voulez quoi ?
-Je vois. Mat'aenna, tu es ma préférée tu sais ? Tu as un don unique. Tu as peut être mis la main sur quelque chose qui va me faire me montrer très reconnaissant avec toi. Tu vas me trouver le nom de cette Jedi, et une représentation. Un holo, ça serait mieux.
-Et en échange... Tes potes ?
-Oui... Je vais le contacter. J'arrangerai une rencontre. Il a été blessé ?
-J'crois. »

Mat'aenna se gratta un lekku.

« -J'suis arrivée à la dernière minute. Ah, attendez. Elle s'appelle Sophia, mais... Ca vous avance pas à grand chose...
-Sophia... »

Il prit un air songeur, et son regard devint mauvais.

« -Tu es amie avec sa Padawan ? Tu as sa confiance ?
-Possible... Vous la connaissez ? Et c'est quoi mon don unique ?
-Cela ne te concerne pas... »

Ses yeux se firent dangereux.

« -Tu vas m'écouter, ma grande : il va falloir jouer serré dans cette histoire. Le seigneur Sith, Dark Sebekk... Il est très puissant. Si nous jouons mal, nous mourrons tous les deux... Dans le meilleur des cas. Alors tu vas faire ce que je te dis. Tu vas te servir de la Padawan, et tu vas obtenir des infos sur la Jedi : Notes, journaux, tout...

Hochement de tête silencieux de la Twi'Lek.

« -Je veux tout savoir sur cette Jedi : où elle vit, ses alliés actuels, y compris où elle est en soin. Prends ton temps, mais prudence...
-Vous allez la tuer ?

Le visage du Maître se durcit et il répondit.

« -Non. Si Sebekk ne l'a pas fait, alors qu'il aurait pu, crois moi : il y a une bonne raison. Je ne veux pas la tuer, je veux la récupérer. Elle va me mener au trésor de Sebekk. Nous allons l'enlever tant qu'elle est incapable de se défendre. Il me faut toutes les informations sur l'endroit ou elle se trouve. »

Nouveau hochement de tête.

« -Je t'arrangerai le rendez-vous. Nous attirerons l'Amirale et sa clique là-bas et pendant qu'ils regardent ailleurs, on prendra la reine. Échec et mat.
-Vous êtes le meilleur, maitre. »

Un sourire malsain. Il jubilait.

« -Tu as ce don pour te retrouver au bon moment, au bon endroit, ma grande. Tu vas être riche et puissante après ça. Si je réussis, tu seras libre, tu m'entends ? Libre et plus riche que le cartel Hutt. »

Il semblait exulter, un peu dingue, mais sérieux.

« -Ouais...
-Donc tout sur Sophia. Exploite la Padawan : on la prendra aussi. Un bon levier ça, la Padawan : si elle parle pas, la torture sur elle marchera. Et on enlève le pactole. Je te contacterai : tu as une semaine. C'est compris ?
-Oui, ok. Où est-ce qu'on organise la rencontre ?
-Quand j'aurai joins Sebekk : chaque chose en son temps.
-Les Jedi, ils m'accompagneront... Ils me laisseront pas y aller seule, ce sont qu'des marioles.
-Il n'y a pas d'amitié. Il n'y a que la trahison et la déception.
-Oui Maître. Je sais.
-Ce ne sera que mieux si la Jedi et ton amirale se coltinent Sebekk... Qu'ils s'entretuent. Je doute qu'ils parviennent à abattre Sebekk, mais on ne sait jamais. Un malheur n'arrive jamais seul. Maintenant, va. Et ne me déçois pas. »

Mat'aenna inclina la tête servilement et coupa la conversation. Elle n’avait qu’une hâte : revenir dans le giron du vaisseau et en finir avec tous ces mensonges… tout ça l’écœurait, en fait. L’Amirale, Ally, elle lui offrait la chance de sa vie. Et ça, elle était pas prête à gâcher ça.
Revenir en haut Aller en bas
http://ishtart.deviantart.com
 
Retrouvailles. (écrit par Mat'aenna + dialogue ig)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retrouvailles. (écrit par Mat'aenna + dialogue ig)
» Comment ça s''écrit "Skulltag" ?
» dialogue reconnu
» Est-il pertinent de mentionner le prix payé pour un vin décrit dans un CR ?
» Dialogue... Nom ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Garde d'Argent :: La Grande Bibliothèque :: Vies Antérieures :: Star Wars :: Secrets anciens-
Sauter vers: