FAQPortailAccueilRechercherAllgendaS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les aventures de la garde en texte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alyssande
Poussière d'Etoile
avatar

Nombre de messages : 1793
Age : 42
Personnage : Alyssande
Classe : Esper
Professions : couturier
Date d'inscription : 19/10/2006

Feuille de personnage
Nom, age, sexe, profession:
Description:
Statut actuel:

MessageSujet: Les aventures de la garde en texte   Mer 9 Juin - 20:02

Le vent cinglant frappait avec force la structure de pierre noire, où une lutte pas à pas au
coeur du continent glacé du Norfendre avait mené l'armée de l'Alliance au pied de la forteresse du
roi liche. La masse de la citadelle écrasait la troupe de sa présence, rendant cette prodigieuse armée
semblable a une assemblée de soldats de plomb. Cette campagne avait demandé des sacrifice. Le
sang avait coulé à tel point que la neige en garderait la teinte durant des années. Les hommes
avaient perdus des amis, des frères, et allaient en perdre encore.
La position n'était pas sure : inlassablement les morts se relevaient pour mener l'assaut. Nuit
après nuit, infatigables, sans pitié ni remords, la troupe hétéroclite et grotesque du fléau s'animait et
attaquait. Une sinistre cohue de marionnette épouvantables, bavantes, écumantes, avides de chair
humaine.
Mais ils étaient là ! Le roi liche avait connu défaite sur défaite, et ces revers l'avaient
affaibli. Il suffisait de prendre la citadelle, d'abattre Arthas et tout cela serait fini, ils rentreraient
chez eux. Plus de morts, plus de hurlements terrifiés et agonisants dans la nuit. Seulement, qui
oserait braver les portes de la citadelle ? Qui oserait affronter les généraux d'Arthas et toutes les
monstruosités tapies dans ce mausolée dédié a la mort hideuse et servile que le roi liche servait ?
Des unités éparses avaient été choisies pour partir à l'assaut percer les défenses du roi liche :
un vent glacé chargé d'une neige glaciale transperçant leurs épaisses fourrures s'abattait sur le corps
de ces hommes et de ces femmes, comme si les éléments corrompus s'indignaient de leur audace et
cherchaient à arracher leur chair de leurs os en soufflant leur haine glacée. Dressée devant l'une de
ces unités, une elfe, fragile, bravait ce hourvari.
Un être massif, écrasant la frêle silhouette de sa présence, s'approcha pour la soutenir. Un
Chevalier de la Mort, qui avait renié Arthas et cherchait la rédemption.
« La citadelle est là mes amis ! Après de longs mois de combat d'une lutte acharnée nous y
sommes. »
Sa voix portait au dessus de la tourmente, la force qu'on y ressentait semblant faire hésiter
les vents furieux. Nul n'aurait pu douter de sa détermination.
« Arthas a souillé, trahi et vendu tout ce qu'il avait juré de protéger. Ce monstre ne souhaite que
détruire toute vie sur Azeroth. Ce n'est plus notre survie en tant que peuple qui est en jeu. Cette
chose est l'ennemi de tout ce qui vit et au nom de ce que j'ai de plus cher je fais le serment de le
stopper ! »
Les membres de la troupe frémirent un instant, mais la conviction de ce bout de femme leur
insufflait une telle ardeur, un tel courage, qu'ils se redressèrent, attendant la suite.
« De nombreuses souffrances nous attendent en cet antre du mal. Des sacrifices. Des vies perdues.
Mais nous ne reculerons pas car si nous cédons, nous n'auront plus rien. Il n'y aura plus de foyer, il
n'y aura que le froid et la mort. Nous ne pouvons échouer car Arthas a commis l'ultime erreur. Il
nous a acculé, et a cherché à nous briser. A nous de le faire payer pour ses crimes. »
La frêle silhouette se retourna alors, et les braves héros qui l'accompagnaient prirent le
chemin vers la citadelle pleins d'espoir, de courage et déterminés à vaincre ou mourir.
« Tu pense que nous sommes prêts ? N'as-tu pas peur de ce qui nous attend ? N'as-tu pas peur de
mener ces hommes à la mort ? »
La voix caverneuse du chevalier la faisait frissonner à chaque fois, comme une craie sur un
tableau noir.
« Bien sur que j'ai peur... Je suis même terrifiée... De les perdre, mais pire encore d'échouer. »
Elle jeta un regard vers les soldats de l'alliance rassemblés dans les campement autour de la
Citadelles, petits êtres effrayés les regardant en recherche d'espoir et de soulagement.
« Ils n'en peuvent plus, nous n'avons pas le droit d'échouer. Et puis quelqu'un doit le faire non ? En
avant mon ami, il est temps, et tu as assez de force et de courage pour nous deux. Moi je ne fais que
panser des plaies. »
La main gantée se posa sur l'épaule du draeneï. Ce contact, bien qu'à peine une caresse sur la
lourde carcasse du chevalier, sembla lui insuffler un espoir et une force renouvelée et, se soutenant,
ils avancèrent vers la forme sombre de la forteresse.
L'entrée de la Citadelle de Glace était le théâtre de violents affrontement, et depuis la crête le
tumulte de la bataille leur parvenait distinctement, malgré le rugissement des vents.
En contrebas les armées se brisaient sur le mur que formaient les horreurs réanimées qui
servaient Arthas. Des légions de défunts relevés, de spectres, assistées par des géants d'ossements,
portaient la mort et l'horreur dans les rangs des vivants qui tentaient vaillamment d'atteindre les
marches menant à l'intérieur de l'enceinte.
« Il est temps. Ces choses... Les troupes ne tiendront pas ce rythme encore longtemps. Ça fait des
jours que nos positions stagnent dans le fort ! Les Portes et la magie qui les bloquaient sont tombées
mais la citadelle reste hors de portée... »
Le Draeneï qui venait de parler serrait ses haches, tout son corps tendu, prêt a l'action. Sa
stature déjà impressionnante n'était rien face a sa férocité au combat.
« Patience. Nous allons agir, mais pas avant que les Chamans de la Main d'Adal n'aient couvert
notre approche. Brûlons les étapes, et nous finirons notre assaut aussi vite que nous l'avons
commencé. »
Le visage dur et fermé il acquiesça. En dépit de son apparent jeune âge, la prêtresse avait
toujours fait preuve d'un excellent sens tactique, et sa proposition la veille l'avait clairement surpris.
Le plan était à la fois simple et audacieux, mais sa foi en sa réussite avait fini par convaincre
Fordring : La troupe de la Garde d'Argent devrait passer par le ciel pour prendre la cour à revers.
Une attaque aérienne qui devait se finaliser par la prise des remparts au dessus de l'espace intérieur
du fort infâme.
Pour cette action incroyable, ils avaient réuni un assemblage hétéroclite composé des
meilleurs sapeurs d'Iron Forge et des Aéries, montés sur leur majestueux griffons. Pour l'heure, les
bêtes étaient dissimulées, protégées par des couvertures et des feux masqués qui les maintenaient au
chaud, mais elles piaffaient en attente du combat si proche. Une troupe d'elfes montés sur des
hippogriffes préparaient leurs carquois, attendant pour escorter un convoi d'engins conçus et
modifiés à la hâte par la bande d'ingénieurs gnomes qui s'affairaient sur les carcasses, sous l'oeil
nerveux et impatient des soldats.
Alyssande se leva et se dirigea vers le Chef-mécanicien, un petit être bedonnant et jovial, qui
arborait des vêtements étranges, bardés d'appareils qui grésillaient, bourdonnaient, et palpitaient de
lumières colorées.
« Dans combien de temps les transporteurs seront prêts? »
Elles esquiva prestement un cylindre qu'un des gnomes avait jeté depuis l'intérieur de
l'engin. L'objet alla rejoindre des sièges et un amas d'objets de toutes formes dont l'elfe ne parvenait
à déterminer l'usage.
« C'est le dernier mamzelle ! On a viré l'superflu, puis tout plein d'bidules, pour tasser vos gars làd'dans,
mais j'vous garantis pas qu'ça va voler. L'moindre vent contraire et mon merveilleux
Transpo-gnome-light-aérien finira en vulgaire cercueil. »
La voix haut perchée du gnome fusait en rafales, animées et vives.
« J'ai bien compris, mais si on peut faire parvenir les troupes et le matériel, l'issue de la bataille sera
jouée ! Qui plus est, on ne leur demande pas de parcourir plus de quelques lieues. »
Le petit être paraissait nerveux et hésitait, levant les yeux vers la personne qui l'avait
convaincu de massacrer ses splendides créations, les mutilants en ôtant leurs fragiles organes pour
faire de la place. Si on lui avait laissé le temps il aurait créé un porteur pour emmener les troupes,
un support doté de canons, avec des tourelles et des hélices énormes et...
« Vrilleboulon je sais à quoi vous pensez mais il faut un convoi léger et rapide, le brise-ciel a déjà
tenté une approche, et il a dû reculer. Si le Marteau d'Orgrim et lui avaient mené un assaut conjoint
les troupes du Roi Liche auraient reculé. »
« Mais si un assaut... Comprenez bien, avec tout ce qu'on a sorti si jamais il y a combat, ces
appareils ne le supporteront pas et tout ses passagers périront. »
« N'ayez crainte, les éléments nous serons favorables. Les Aéries, les Elfes et ma troupe protègeront
vos sapeurs et les combattants à bord de vos engins. Et dans les machines, les mages useront de
leurs pouvoirs pour repousser tout ce qui passerait les défenses. »
« Oui mais... »
Elle le regarda avec un sourire serein. Il détestait quand elle faisait cela : aucun argument ne
semblait pouvoir la dissuader, et ce maudit sourire le désarmait complètement.
« Bien sûr, vous avez raison, il faut garder la foi, et votre plan peut bien marcher et... »
« Et il marchera. »
Moins de trente minutes plus tard les hommes et les femmes de la force confiée par l'alliance
avait embarqué, et priaient la lumière d'épargner leur vie. La plupart étaient des combattant
aguerris mais certains n'étaient encore que des enfants. Bien qu'ayant convaincu les généraux de lui
confier une troupe, ceux-ci n'avaient pas pu ou voulu se priver de tant de combattants expérimentés.
En stratège elle avait réparti ses vétérans au sein d'unités de conscrits et de jeunes soldats à peine
arrivés. Les anciens secouaient les jeunes et les gardaient calmes en les rassurant, autant que faire se
pouvait. De leur côté, les mages embarquaient, préparant leurs composantes et serrant leurs bâtons
de pouvoir, sachant qu'ils ne seraient pas de trop.
Alors, un à un, les moteurs des transporteurs se mirent en marche. Bientôt l'esplanade se
remplit d'un vacarme assourdissant, le sol tremblant à l'unisson des moteurs. Les hélices se mirent a
tourner de plus en plus vite, soulevant la neige alentour, et la colonne s'envola enfin.
Une petite assemblée de Draeneïs la regarda se soulever avec peine, entourée par l'essaim de
son escorte hétérogène. Un chant s'éleva alors du cercle qu'il formaient, canalisant une force
incroyable vers leur soeur en méditation, perdue dans son effort pour contacter les forces naturelles
de ces terres.
***********************
Durant des générations son peuple avait tissé des liens particuliers avec les esprits
élémentaires, mais ici la nature avait été corrompue, et grande était sa colère. La jeune chamane
avait une force de caractère peu commune et établit au prix d'une concentration intense un premier
contact. Elle sentit tout de suite son corps malmené, entourée d'une furieuse tornade charriant des
éclats de givres, se resserrant et s'élargissant autour d'elle au rythme de sa lutte et de sa communion,
sa peau délicate se zébrant ca et là d'éclairs carmin.
Enfin et avec humilité et courage elle se tint devant l'Esprit de l'air. Un visage formé de
centaines d'échardes de glace se forma devant elle et des serres menaçantes apparurent, prêtes à
fondre sur la Draeneï sans défense. N'importe qui aurait fui, mais pas elle. Pas par fierté, non. Elle
ne pouvait simplement pas reculer. La vie de trop nombreuses personnes dépendaient de ce pacte.
« Esprit de l'air, je viens à toi comme mon peuple l'a toujours fait, et te prie d'entendre ma prière. »
Elle se tenait droite et inébranlable devant l'esprit enragé.
« JE T'ENTENDS CHAMANE. NOUS T'ENTENDONS, NOUS, LA GLACE ET LE VENT.
PARLE. »
Que l'esprit accepte de l'écouter ne la surprenait pas vraiment... La véritable bataille n'avait
pas commencé mais elle se sentit rassurée que les éléments acceptent de lui répondre. Elle avait une
chance. Bien qu'elle ait assuré à l'elfe qu'elle parviendrait à les convaincre, rien n'était moins sur. Le
Roi Liche avait semé tant de destruction, avait tellement fait affront à l'équilibre et à la vie que les
éléments en étaient affectés.
« Aideras-tu les miens? »
« POURQUOI FERIONS-NOUS CELA ? VOUS AVEZ PROFANE CETTE TERRE, VOUS
PORTEZ LA MORT ET LA DESTRUCTION. »
La voix de la créature de glace craquait comme les glaciers et grinçait comme une craie sur
de l'ardoise, elle était pleine de fureur et d'outrage.
« Nous venons mettre un terme a cette guerre, nous venons et nous combattrons mais nous n'avons
pas voulu cette guerre. »
Le silence fut sa seule réponse
*******************
Dans le ciel les hommes nerveux regardait l'horizon. On leur avait promis que les nuages
cacheraient leur approche mais seuls quelques masses cotonneuses paraissaient dans le ciel vide et
les armures protégeant les hippogriffes et les les griffons étincelaient sous le soleil du Norfendre.
A bord de l'un d'entre eux un un gnome, les mains serrées sur le manche de son engin,
scrutait le lointain et repensait à ce qui avait bien pu le mener dans ce merdier. Il avait eu des échos
au sujet d'une folle furieuse prête a en découdre avec les forces du roi liche, menant une troupe de
combattants venu de tous les horizons. Une frêle elfe et un puissant chevalier de la mort, aussi
grand que les montagnes du Norfendre, qu'on lui avait dit. Pourtant peu impressionnable, Lexav
avait fait un pas de recul quand le géant s'était approché de lui. On aurait un cauchemar incarné, un
de ces démons servant la Légion Ardente. La présence de cette elfe à ses côtés était un contraste
saisissant. Il l'avait convaincue de le laisser piloter un des engins, étant versé dans l'ingénierie
gnome et plutôt bon pilote.
Le petit homme avait assemblé sa première machine volante au prix de nombreuses brûlures
et nuit blanches. Ses premiers vols s'étaient soldés par des bosses, quelques côtes cassées et, voyons
voir... Ah, un bras en écharpe. Mais quand Lexav le… Il fallait qu'il se trouve un adjectif. Tous les
grands mages en avaient un ! Mais aucun ne lui convenait. Enfin quand il avait une idée en tête, rien
ne le faisait changer d'avis. Et puis ca devait bien fonctionner un jour ! Suffisait de changer une
tuyère, un joint, et puis quelques boulons... Son premier vol ! Quelle merveilleuse sensation, en
dépit de la fumée grasse qui maculait son visage, l'aveuglant à moitié.
Et là il y était. Aux premières loges. En première ligne. Enfin il pouvait combattre le fléau.
Ses lunettes maintenues par un bandeau de cuir solidement fixées sur son visage et d'épais gants de
cuir doublés de fourrure passés aux mains il pilotait, sa peau brulant sous la morsure du givre.
La machine au mieux répondait en rechignant à ses demandes. Il serait, hmm, préférable,
oui, préférable, que les chamans s'activent un peu, car ils faisaient des cibles parfaites. Impossible
par contre de repérer les membres de la Garde d'Argent. Il savait qu'ils avaient pris leur envol, mais
il les avait perdu de vue.
Son guetteur lui tapa sur l'épaule, avec le bruit des moteurs que les garnitures phoniques ne
protégeaient plus il fallait hurler pour s'entendre. Il montra le lointain. D'abord Lexav ne vit rien,
puis il remarqua que l'escorte changeait de position, les elfes préparant leurs flèches. Des créatures
humanoïdes se ruaient vers eux, ignobles parodies humaines aux ailes de chauve souris.
« Des gargouilles ! Dis-leur de se tenir a ce qu'il peuvent, ça va s'couer ! »
Il avait hurlé ses consignes et préparait un sortilège tout en maintenant la formation. Le
combat fit bientôt rage, les nuées de gargouilles s'abattant comme des sauterelles sur le convoi,
l'une d'entre elle parvenant parfois à s'accrocher a la carcasse de l'appareil, cherchant à le désosser
pour entrer, détruire et déchirer tout ce qui s'y trouvait. Deux d'entre elles avaient découvert que la
puissance des arcanes de son pilote pouvait les vaporiser. Les cris des soldats lui parvenaient
difficilement mais il comprenait que certains avaient été touchés par la créature, et il savait de quoi
ces griffes étaient capable sur la chair humaine.
Un regard vers l'arrière de la carlingue lui indiqua que son appareil avait été touché. Une
fumée épaisse et huileuse envahissait tout, faisant suffoquer les hommes.
« Par les rouages de Gnomeragan! Tiens moi ça. Oui, toi le grand dadais ! Et garde le bien droit
surtout sinon ce truc va partir en charpie »
Il saisit la main du guetteur pour la poser sur le manche, et s'extrayant du siège de pilotage il
se rua vers l'arrière.
« M..Mais je sais pas piloter moi ! Vous êtes dingue! On va tous y rester ! »
« Ben apprends ! Moi, faut que je trouve la fuite, sinon, les hydrauliques... »
Alors qu'il hurlait tout en se frayant un chemin dans les ténèbres de l'engin, la porte de
l'appareil fut arrachée et un jeune soldat s'envola, emporté avec. Quel était son nom déjà ? Lexav ne
s'en souvenait pas.
Dans l'embrasure une gargouille au faciès grimaçant apparut, ignorant le gnome pour tenter
de s'en prendre à un soldat qui s'était interposé. D'un coup de griffe la créature le repoussa, et
l'homme s'effondra en tenant le moignon sanguinolent qui quelques instants plus tôt était son bras.
« Hé ! La grosse moche! On ignore pas Lexav le... Le… Ho et puis flûte, prend ça ! »
Une détonation assourdissante retentit dans l'étroite carlingue déjà bondée, et la monstrueuse
bête fut projetée hors de l'appareil, quasiment coupée en deux par la décharge d'un tromblon à la
gueule fumante, qui émettait un curieux sifflement alors que Lexav tournait une petite manivelle sur
son côté.
Il flanqua l'arme dans les bras d'un des soldats alors que celle ci s'illuminait en clignotant.
« Prends ça mon gars, et si quoique ce soit qui fait pas coincoin passe par là, tu tires ! »
« Mais, et les lumières là ? Je fais quoi ? C'est quoi le... »
« Les loupiotes ? C'est pour le style ! Faut toujours avoir du style, mon gars ! »
Le porteur tanguait dangereusement. Quand Lexav atteignit enfin la zone endommagée, un
des relais des hélices avait lâché, et l'huile dégoulinait sur les pistons surchauffés, provoquant la
fumée âcre, et surtout menaçant de prendre feu à tout moment.
« Toi, ta chemise ! Toi, ton anneau ! Toi, ta chaîne ! Vite ! »
Il entoura le tuyau d'où provenait la fuite des lambeaux de chemise, et à l'aide de sa pince
multi-usage transforma l'anneau et la chaîne en fixation sommaire.
« Rah pas mal manque juste… Ouais, j'y suis ! »
D'un geste précis, concentrant le froid glacial il libéra une brume qui gela tout sur son
passage pour consolider l'ensemble.
« Bon ca devrait marcher... Enfin je pense, mais je suis pas Lexav le … »
L'engin partit dans une vrille violente, interrompant le gnome.
« Nom d'un boulon en kit comment je me trouve un surnom moi, si on me coupe sans arrêt ? »
Un simple clignement d'oeil et le petit être se retrouva projeté dans la cabine. S'arrimant en
moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, il saisit les commandes, les deux pieds sur le tableau de
bord. Au prix d'un terrible effort pour un être si minuscule il redressa l'engin.
Satisfait de lui, il sortit un de ces monstrueusement gros cigare qu'il avait acheté un soir à Baie-du-
Butin... Ah, Baie-du-Butin...
« Mon gars, si tu vas à Baie-du-Butin, pense à acheter de ça, et de leur rhum ! Les femmes… J'y ai
passé de ces nuits! »
Le visage du guetteur se décomposa alors que la cabine se transformait en enfer, les débris
de verre volant dans tout les sens. Une autre de ces saletés avait défoncé la demi verrière du porteur
et cherchait à arracher le gnome de son siège.
Lexav, abasourdi par la douleur sentit les pattes se refermer sur lui et les griffes fouailler ses
chairs, lacérant os et ligaments. Le sang, son sang, coulait abondamment, et le froid qui
l'engourdissait n'avait rien à voir avec le climat.
Mû par une énergie tirée du désespoir il prononça un mot de pouvoir qui repoussa la créature
en lui infligeant une terrible brûlure. Mais la chose n'en avait visiblement pas fini avec lui. Un coup
d'oeil lui permis de constater les dégâts : le cockpit avait salement souffert, il fallait réparer les
commandes, et le manche donnait du jeu et répondait aléatoirement. Son adversaire revint a la
charge, écumante de rage et de fureur, et Lexav repensa à Baie-du-Butin, sa chaleur, et ce
magnifique distributeur de rhum automatisé qu'il y avait conçu...
« Faudra que je résolve le problème avec le goût d'huile... »
La gargouille s'écrasa sur un mur de force invisible, et une douce chaleur l'envahit alors que
des halos argentés l'entouraient. Eberlué, il regarda ses plaies se refermer sous l'effet de la magie
d'Elune. Puis ce fut comme si la nuit tombait, et une ombre immense le survola. L'ombre d'une
créature sauvage et terrifiante, ses écailles rouges comme la lave, son aspect brutal et primaire
éveillant des craintes enfouies dans l'inconscient du blessé.
Les griffes et les crocs s'acharnaient sur la fine barrière qui pourtant tenait bon, luisant
doucement d'une lumière argentée autour de lui.
Soudainement une force implacable saisit la gargouille. Son champ de vision dégagé il vit
Ikahel, juché sur l'immense proto-drake que menait Alyssande, qui avait usé de ses pouvoirs de
Chevalier pour attirer le monstre à lui, et la maintenait à présent à sa portée, tout en abattant une
lourde hache. Désormais la créature avait mieux à faire que de lutter contre le mage. L'Elfe avait les
cheveux au vent et protégeait le chevalier de ses boucliers mystiques, rayonnante de force, sa
présence rassurante insufflant un profond courage à ses compagnons. L'espoir se rependit comme
une trainée de poudre.
Tout aussi impétueuse et brave que son mentor, une jeune Draeneï sauta du dos d'un griffon
pour entrer dans l'appareil. Se rétablissant autant qu'elle le pouvait, elle se mit à entonner une prière.
Son corps s'illumina et une radiance bienfaisante envahit l'engin, apportant réconfort et soins aux
passagers.
« Si cette chose croit qu'on peux s'en prendre à Lexav le… Arg, faut vraiment que je trouve quand
même ! Bon bref elle va pas s'en tirer comme ça ! Question d'honneur ! »
Le gnome imposa à l'engin endommagé une furieuse manoeuvre et le projeta vers le monstre
aux prises avec le chevalier.
« Taïaut ! Avec les compliments de l'ingénierie gnome ! »
Ikahel eut à peine le temps de se baisser pour éviter les pales mortelles qui projetèrent des
bouts de gargouille dans tous les sens.
Son cigare brisé au coin de la bouche et maculé de sang, le gnome riait a gorge déployée.
« Qu'est ce qu'on se marre ! »
Alors qu'il commençait à réparer les câbles et les fragiles composants du tableau de bord,
tout en maintenant la machine en formation, il vit que les nuées avaient étés repoussées en majorité.
Sur le drake, l'elfe criait ses ordres et menait la charge. Pour l'heure le plan fonctionnait, seuls deux
porteurs sur les quinze avait été perdus. Une seule question brûlait les lèvres du gnomes... Que
faisait cette chamane ? Pourquoi les nuages et les éléments ne les protégeaient pas ?
************************
« Nous entendons ta juste colère, et nous la partageons. Je ne demande pas votre aide pour moi mais
pour sauver d'innombrables vies qui ne méritent pas un tel destin. »
Les serres de glace lacérèrent son corps, lui arrachant un hurlement de douleur. Un froid de
mort entra en elle. Elle vit sang tomber en cristaux écarlates comme des joyaux dans l'écrin de la
neige aux reflets bleuté. A genoux, haletante mais pas brisée, elle maintint son lien au prix d'un
effort inhumain.
« ES-TU PRÊTE À MOURIR ? ES-TU PRÊTE À DONNER TA VIE POUR CEUX-LÀ ? »
La voix s'était muée en un hurlement, et ce n'était pas une, mais des voix, des cris, des
hurlements qui prononcèrent ces mots. C'était comme si chacune la frappait, claquant comme un
fouet, perçant de toute part ses chairs déjà tailladées.
« S'il le faut, oui. Je donnerai ma vie pour combattre le Roi-Liche. Il est l'ennemi de toute la
création, une abomination qui corrompt et détruit tout. »
« COURAGEUSE, OU VANTARDE... »
« Et vous ? Lâches ? Couards ? Soumis ? Peut-être que nous échouerons et que nous mourrons en
essayant! Mais nous n'abandonnerons pas! »
Elle se redressa, dernière bravade, car elle en avait assez. Si les esprit avaient renoncé qu'ils
la tuent, mais elle n'allait pas les laissait la juger alors qu'ils avaient renoncer à lutter pour maintenir
l'équilibre.
« VOUS ! Vents du nord, Glace et Givre, vous êtes l'incarnation d'un monde sauvage et libre, dur et
mortel mais je ne vous croyais ni cruel, ni assoiffé de mort et de sang ! Cet être détruit les bêtes et
les hommes, et vous avez juste renoncé ! Ne me jugez PAS ! Je vous le refuse... »
Le vent recula et desserra son emprise mais le visage de glace se tordait dans un masque de
rage.
« À vous de décider ! Aidez-nous à abattre votre ennemi ou bien retournez vous terrer comme des
lâches, mais moi je combattrai jusqu'à mon dernier souffle pour la vie et l'équilibre ! »
« COMMENT OSES-TU T'ADRESSER AINSI À NOUS, MISERABLE PETITE CHAMANE ?
NOUS SOMMES LES VENTS DU NORD ! NOUS SOMMES LA FORCE ET LA FUREUR DE
CES TERRES ! RIEN NE PEUT S'OPPOSER À NOUS ! »
« Rien, hormis le Roi Liche, notre ennemi à tous. »
Elle plongea son regard dans celui de ce visage furieux, sentant ses membres s'engourdir, le
froid envahissant son corps pendant qu'elle mourait. Les secondes, minutes même, qui suivirent
furent remplies du hurlement outragé du vent, puis la tourmente cessa.
*********************
« Par Elune! »
Le cri effrayé de la prêtresse fusa dans le cockpit ouvert aux vent quand un enfer bleu et
glacé engloutit le transporteur qui les précédait.
La machine fragile était en train de se disloquer, soumise aux flammes glacées qui s'étaient
abattues sur elle. Les hommes hurlaient, certains sautant dans le vide, se consumant encore, d'autres
avaient été projetés hors de l'appareil et chutaient vers le sol à une vitesse prodigieuse.
L'angoisse visible sur le visage séduisant céda le pas à la concentration, et elle utilisa toute la
volonté qu'elle avait pour canaliser les énergies mystiques et ralentir la chute des malheureux. En
dépit de ses efforts elle savait qu'elle n'aurait que peu de succès.
« Nom d'un... Je m'suis pas donné tout ce mal pour te réparer, pour que tu me lâche maintenant ! »
Le gnome, les mâchoires serrées, manoeuvrait pour éviter les morceaux de carcasses qui
croisaient sa trajectoire. Son engin hurlait, à l'agonie, son fuselage malmené grinçant et craquant,
ses moteurs rugissant sous l'effort.
« Ca y est ! On est sortis de ce pétrin, ma belle ! »
La cause de ce déluge de feu surgit brusquement, titanesque amas d'os et de ligaments, dotée
d'ailes membraneuses, l'ensemble animé d'une force implacable. La mort habitée d'un feu glacé, la
gueule avide garnie de crocs plus grands et aiguisés que la lame des chevaliers. La plus terrible des
créatures, un dragon. Ranimée par le roi liche elle le servait désormais dans la mort.
« Une draco-liche... »
Le Gnome et la Draeneï terrifiés avaient prononcé ces mots en même temps. Instinctivement la
prêtresse dressa un bouclier, concentrant l'énergie sacrée pour les protéger. L'entrainement procuré
par sa maîtresse prenait le dessus sur sa terreur évidente. Lexav quand à lui lâcha un chapelet de
jurons qui auraient pu remplir une encyclopédie, tout en maniant son porteur pour s'éloigner de la
créature et éviter ses serres puissantes qui déjà s'abattaient sur eux.
« Nonnonnonnonnon! Tiens bon juste un peu mon bébé ! Ca va aller, toi et moi on a des tas de trucs
à faire! Je t'inventerai une poule avec des dents, une... »
La patte rata l'appareil de moins d'un mètre, mais l'une des ailes grinça, menaçant de se
désolidariser de la carlingue.
« Faites quelque chose et vite ! Je vous tiens ça ! »
La jeune prêtresse saisit le manche fermement en fixant le gnome. Ni sa voix ni même son
regard ne laissaient place au doute. Lexav lui obéit, se rappelant que les prêtresse d'Elune n'étaient
pas juste des jolies filles avec des bandages, mais qu'elles étaient aussi entrainées à combattre.
Il se hissa sur le toit de la carlingue, attachant une corde à sa taille d'un coté et au siège de
l'autre, depuis l'extérieur de l'engin il vit à quel point celui-ci avait été endommagé.
« Ma boite à outil, poupée ! À coté du siège ! »
Saisissant la boîte qui ressemblait bien plus à un sac a dos et manquait cruellement
d'esthétisme elle la tendit au gnome. Une seule pensé la saisit en cet instant : quel grand malade
pouvait bien mettre des diodes lumineuses et des dispositifs sur sa caisse à outils pour lui faire faire
des bruits et tracer des étoiles avec marqué « LEXAV LE MAGE LE PLUS » quand on la
bougeait ?
« Voilà ! Mais appelez moi encore une fois poupée et je vous jure que vous regretterez la dracoliche.
»
Souriant d'un air dément, le gnome se hâta vers l'aile en sortant son chalumeau 3000 à
double injecteur, invention personnelle, capable de souder quelque soit l'endroit tout en passant de
la bonne musique... Enfin d'après lui.
Maintenir le cap s'avéra plus complexe que prévu, et il semblait que cette horreur ne les
lâcherait pas. Sur son chemin deux autres porteurs avaient été pulvérisés par un violent coup d'aile
et un balayage de la queue squelettique. Ces machines volantes de près de vingt mètres de long
n'étaient que des jouets pour ce monstre.
Les soldats et les bêtes tentaient d'échapper à cette incarnation sauvage de la destruction qui
semait la désolation autour d'elle. Seuls quelques cavaliers tentaient de secourir les pauvres diables
qui chutaient vers une mort certaine.
L'escorte luttait contre la bête, des ordres fusaient, et au dessus du vacarme on percevait la
voix d'Alyssande, comme portée par magie, qui tentait de réorganiser ses troupes. Harcelant la
créature, les archers décrivaient de grands cercles, mais leur flèches se brisaient sur les ossements.
La magie, des déluges de feu et d'arcane, fusait des porteurs, mais les sortilèges puissants ne
semblait pas la faire reculer ni même la blesser. Et sans succès, les Aéries tentaient encore et
toujours d'éloigner le titan du convoi.
« Si je choppe celui qui m'a fait ces soudures indignes même de la part d'une déjection de Trogg, je
vous jure que je lui parle du pays ! »
L'indignation du gnome s'éleva dans le vacarme alors que la mâchoire du léviathan se
refermait sur l'appareil. Les hommes hurlèrent de terreur, adressant leurs dernières prières à la
lumière, pensant à leur famille si loin de ce territoire au coeur gelé.
Mais la mort ne vint pas. Les mâchoires avaient été arrêtées par un bouclier argenté, teinté
d'un bleu violacé.
« Bien joué petite ! Continue comme ça ! »
La douleur en retour était prodigieuse, mais elle devait tenir. La concentration. La discipline.
Son mentor l'avait bien préparée, mais c'était trop difficile. La force de cette chose dépassait son
imagination. Il n'y eut bientôt plus que la douleur, une douleur pénétrant chacun de ses os, résonant
dans son corps et son esprit.
« Je ne te reverrai plus... Je suis désolée … »
Ses dernières pensées allèrent à cette nuit d'adieu. Elle revit l'inquiétude dans ces yeux
aimés, l'angoisse dans sa voix. Puis il y avait eu la chaleur de sa peau, la douceur de ses caresses...
et la voix de son mentor ?
« Alyssande? »
Non. Elle n'était pas là cette nuit, pourtant la voix lui parvenait, pleine d'urgence.
Les mâchoires brisèrent le bouclier sous la pression formidable, secouant en tout sens
l'appareil comme si tout cela n'était qu'un jeu.
« Comment je peux souder si ca bouge tout le temps ? Bon aux grands maux, les grands, euh...
bref : aux grands maux ! »
De sa boîte à outils le Gnome sortit un tube à pistons et prestement poussa dessus. Une
matière visqueuse englua l'aile, le gnome et la carlingue, avant de se solidifier soudainement,
stabilisant plus ou moins l'ensemble.
« Je vous jure que le premier qui rigole... »
Un feu glacé entoura la barrière. C'en était trop pour la pauvre Nephelë, épuisée par l'effort
déjà produit.
« Joins ton esprit au mien ! Neph', ma puce c'est moi, c'est Alyssande, tu dois m'écouter ! Réveille
toi! »
Cette fois elle reconnut la voix. Son mentor était là. Comme lors de leurs méditations elle lui
ouvrit son coeur et son âme et sentit la formidable puissance contenue dans ce corps d'apparence si
frêle.
Le bouclier retrouva toute sa vigueur et résista a l'assaut du feu d'enfer de l'abomination,
obligeant même les mâchoires à s'écarter assez pour libérer l'engin de l'étau mortel.
Bien que sauf, Lexav regardait la situation et sentit le désespoir l'envahir. Les renforts du
fléau semblaient infinis, et déjà une partie des archers et des Aéries avait péri, ou bien fait retraite,
cavaliers ou montures trop blessés pour poursuivre le combat. La chamane avait préjugé de ses
forces et de sa magie, et ils allaient tous mourir.
Avisant les renforts en approche, l'elfe ordonna a ses troupes de se reformer pour protéger le
convoi. Il fallait tenir encore un peu, Kahoni ne la laisserait pas tomber, et elle avait confiance dans
les capacités et la sagesse de la chamane. Il fallait lui gagner du temps. Et elle aussi avait une
réserve.
Volant plus haut le dos au soleil un petit groupe attendait. Plus petit que le convoi ils
n'avaient pas attiré l'attention, et se tenaient prêt a agir.
« Ikahel ! On doit donner du temps a kaho' ! Lance le signal et appelle les ! »
« Même si on les appelle c'est fini ! Les gargouilles ou bien le dragon séparément, nous aurions une
chance, mais ensemble ils vont nous balayer ! La chamane a échoué ! Ordonne la retraite Aly' ! »
« Tu as raison... »
« Non on ne peut pas gagner ce… Quoi ? J'ai raison ? J'aime quand tu deviens raisonnable ! »
Le chevalier bien que surpris se sentit rassuré.
« Il faut que quelqu'un détourne cette chose du convoi ! Ça donnera le temps à Kahoni, j'en suis
certaine ! »
« Comment ? Mais c'est du suicide, rien ne peut retenir cette chose ! Tu réalise que ceux que tu
enverras seront sacrifiés ? Même moi je ne pourrai pas la tenir en respect bien longtemps ! »
« Oui et c'est pour ça qu'on va y aller ensemble, toi et moi ! Je te soutiendrai pendant que tu
l'occuperas ! »
Elle souriait comme si cette option était un jeu d'enfant.
« On t'a déjà dit que tu étais dingue ? Qu'est ce qui te fait croire qu'elle va réussir? »
« La foi mon ami, la même que j'ai en toi et ta rédemption. Et puis avoue, ça, c'est un combat que tu
ne veux pas rater, un combat a notre mesure ! Et même si on meurt ce sera en combattant le mal ! Ya
t-il plus noble combat ? »
« J'adore quand t'es raisonnable, mais je t'adore encore plus quand t'es dingue ! Allons-y, et faisonslui
payer cher nos morts ! »
L'immense dracoliche rugit, crachant son infernal brasier glacé. La terreur qu'inspirait cette chose
était a la hauteur de sa puissance de destruction, et personne qui soit sain d'esprit n'aurait osé la
braver. Fuir, se terrer, voilà ce qui saisissait tout être la croisant, ou bien même entendant ce cri plus
puissant que le tonnerre.
« Donne l'ordre. »
Ikahel lança une fusé qui éclata en vives couleurs, le signal qu'attendait la Garde pour se
lancer dans la bataille. Tous étaient des vétérans dotés de formidables pouvoirs, qui avaient été de
tous les grands affrontements ces dernières années et s'étaient forgés dans le sang et la douleur.
Le drake renâclait à approcher le dragon, se cabrant devant la volonté insensé de celle qui
avait su le dompter. Sa cavalière le comprenait, à chaque seconde elle sentait l'envie de fuir, de
battre en retraite, mais puisant dans ses derniers retranchements le courage d'imposer à sa monture
de poursuivre, elle lui ordonna d'attaquer. Éloigner la créature du convoi était leur seule chance de
mener leur mission à bien, et de celle-ci dépendait peut être le salut d'Azeroth. Elle n'avait pas le
droit d'échouer.
« Ma foi est mon bouclier, mon coeur mon armure, ma seule faiblesse est en moi, et je ne la laisserai
pas me dominer ! »
Elle rugit, intimant l'ordre au drake de se ruer à l'assaut. L'animal résista un court instant,
puis plongea droit vers le monstre titanesque.
*************************
« TU … TU AS RAISON, SAGE CHAMANE. NOUS AVIONS TORD, NOUS AVONS
RENONCE. PARLE ET NOUS HONORERONS TA DEMANDE... »
Incrédule elle cru avoir imaginé ces mots. Elle avait bravé les esprits, les avaient insulté et
avait gagné.
« Que les nuages et la tempête épargnent le convoi et masque leur approche, que la foudre abatte les
horreurs. C'est tout ce que je vous demande. Protégez-les et soyez clément avec eux... »
« NOUS T'ACCORDERONS CELA, SAGE PETIT ÊTRE. SURVIS ET NOUS T'AIDERONS
ENCORE, MEURS ET NOUS CHANTERONS POUR TON ÂME, NOUS LA MÈNERONS
DANS LE CIEL OU ELLE RESTERA À JAMAIS. »
Elle s'effondra, exsangue, glacée et transie à tel point que son souffle s'éteignait. Les
chamans autour de la jeune Draeneï accoururent auprès d'elle alors que la manifestation se dissipait
et qu'elle s'effondrait comme une poupée de chiffon au sol.
« Ils vont les aider, c'est à eux de jouer désormais... »
Alors que le monde devenait noir autour d'elle, les nuages se formèrent dans le ciel, obscurcissant
tout et masquant les forces aéroportées.
« Dors Kahoni, nous veillerons sur toi. Tu as accompli un grand exploit et nous chanterons
ensemble ton histoire, car crois moi elle ne s'arrête pas là, j'en fais le serment »
************************
Le drake plongea droit sur l'échine de la bête, plaquant le Chevalier et l'Elfe l'un contre
l'autre sous l'accéleration.
Indignée, la draco-liche se débattait, cherchant à saisir l'insolent qui lacérait ainsi ses
ossements, arrachant des esquilles dos et fissurant sa carcasse.
Se débattant avec violence, le monstre hurla sa colère alors que le drake échappait à ses
griffes. Finalement il repoussa l'animal d'un battement d'ailes. Un coup vicieux de la queue atteignit
la monture de l'Elfe, projetant les cavaliers dans une vrille furieuse et lacérant le flanc de la
courageuse créature.
Alyssande sentait le bras du chevalier la serrer à l'en étouffer, ses muscles puissants tendu
par l'effort. Arqué, se tenant d'une seule main, Ikahel les avait maintenu sur le dos du drake et
continuait à les retenir. Usant de sa magie Alyssande referma la blessure au flanc de sa bête, et des
éclairs argentés parcouraient encore celle-ci quand elle reprit le contrôle de sa direction et que ses
ailes écartées la stabilisèrent en plein ciel.
Stimulant sa monture, Alyssande la fit rugir de défi à l'intention de la dracoliche, tout en
invoquant les flammes sacrées d 'Elune. Le ciel parut s'ouvrir en deux alors qu'un impressionnant
pilier de flammes aveuglantes engloutissait la tête de la draco-liche.
« Approche si tu l'oses, parodie de dragon ! »
Son cri porta jusqu'au convoi, frappant comme un coup de tonnerre à l'instant même où les
flammes frappaient. Les combattant tournèrent leurs regards vers la prêtresse qui se tenait debout,
fière et droite, auréolée d'une lueur argentée, défiant le monstre titanesque. Un rugissement retenti
parmi les hommes quand, galvanisés par cette apparition, ils reprirent le combat.
Déjà une douzaine de gargouilles se dirigeaient vers le drake, mais la draco-liche furieuse ne
comptait pas en rester là. Ce misérable insecte avait osé l'atteindre, la faire souffrir. Elle paierait
pour ça.
L'Elfe fit faire volte face à son drake et le dirigea le plus haut et le plus loin possible du
combat. Ikahel relâcha son étreinte et pour se retourner et faire face à ce qui les suivait. Se tenant
d'une main, il attira une gargouille à lui et lui fracassa le crâne de sa lourde hache.
Une première vague de gargouille plus rapides que le drake les rattrapait déjà. Il puisa dans
ses dons obscur et projeta des ondes glacées, porteuses de fièvres mortelles, vers les assaillants.
Luttant et faisant tournoyer son arme, il frappait sans relâche, propageant une sombre contagion qui
décimait les créatures, et les mains griffues qui parvenaient tout de même à l'atteindre glissaient sur
son armure.
« Ikahel? »
La voix de l'elfe était tendue. Comme toujours elle se souciait plus de la vie des autres que
de la sienne.
« Quelques égratignures seulement, rien de grave. Ces truc frappent comme des filles ! »
« J'en suis une. »
« Bien ce que je dit ! »
Il sourit de sa boutade en regardant la moue de la prêtresse.
« Une bonne partie des gargouilles est encore à nos trousses ! Tu ne peux pas le faire aller plus
vite ? »
« Plus vite ? Tu as peur de petites gargouilles? Je vais te faire voir, moi, comment les filles se
battent ! »
La cavalière entama un virage serré, obligeant Ikahel à se tenir plus fermement, se
demandant brusquement s'il n'avait pas un peu trop poussé.
« Tiens toi prêt ! Ça va être serré ! »
Dans un cri de défi elle piqua vers les gargouilles, les heurtant avec son drake qui, plus
massif, les projeta dans tout les sens en les percutant.
La cavalière sortit sa dague, tailladant ailes et abdomens. Pas en reste la monture, d'un coup
de gueule, arracha la tête des créatures, et à l'arrière Ikahel faisait tournoyer sa hache pour découper
les monstres qui n'avait pas bougé assez vite.
Alyssande libéra une poudre d'une bourse pendue à sa ceinture, créant un épais nuage de
couleur et aveuglant ses poursuivants.
« Alyssande, tu es sure de ce que tu fais là ? »
« Petite nature va ! Prépare toi à sauter et fais moi confiance ! »
« Sauter ? Sur le dragon ? »
Elle lui sourit, confiante. Elle ne plaisantait manifestement pas.
Et alors que le dragon se ruait vers eux la gueule grande ouverte, exhalant une brume bleutée
capable de geler les métaux plus solide au point de les rendre cassants comme du verre, la cavalière
Elfe fit volte face et plongea avec sa monture droit vers cette incarnation de la mort.
L'acte désespéré de sa proie ne ralentit pas la dracoliche, qui voyait déjà ses crocs se
resserrer sur le corps de ce primitif parent, imparfait et inachevé.
Fonçant droit vers le gouffre sans fond qu'était la gueule du dragon, l'elfe se prépara à une
manoeuvre délicate, son coeur battant à tout rompre et l'adrénaline coulant en elle comme de la lave
en fusion.
Le dragon projeta enfin son souffle, et le ciel s'embrasa. Les insolentes vermines avaient
payé leur affront envers elle, seigneur des cieux.
Quelques rapides indications et le dragon commença à virer sur l'aile.
« Couche toi ! »
Ikahel ne se le fit pas répéter deux fois, et se plaqua sur l'Elfe.
« Protège nous du froid Ika. »
Le Chevalier, traçant mentalement des runes de pouvoir, dressa une barrière annulant la
magie autour d'eux. Le drake quand à lui avait viré sur lui même, offrant son dos et la bulle antimagie
au souffle enchanté.
Les gargouilles n'eurent pas le temps de virer, surprises au sortir d'un nuage aveuglant elle
reçurent le souffle de plein fouet. Le froid mordant les déchira alors que les milliers d'aiguilles de
givres composant le souffle les tailladaient, réduisant leurs corps hideux en pluie de cristaux
verdâtres.
La dragonne s'apprêta à finir son sinistre ouvrage quand le proto-drake surgit dans son angle
de vision. Elle fit volte face, prêt à saisir entre ses crocs la monture et ses cavaliers.
Surprise de la vitesse de l'immense créature, Alyssande regarda avec effroi l'immense tête se
tourner vers eux, mais au dernier instant le proto-drake vira, effectuant une manoeuvre audacieuse
en vrillant son corps pour esquiver les impitoyables mâchoires de la bête. Pourtant il dut replier une
de ses ailes quand celle ci se déchira contre les dents aiguisées de la Ranimée. Gravement blessé, le
courageux animal s'était sacrifié pour ses maîtres.
« Saute! Maintenant ! »
Bien que la manoeuvre lui aie disloqué l'épaule Ikahel avait tenu bon, et serrant les dent il se
propulsa droit sur l'énorme colonne vertébrale du monstre.
La violence de l'impulsion prit l'Elfe au dépourvu, voilant un instant sa vue de noir, secouée
la seconde suivante par Ikahel qui, la tenant fermement par le bras, courait le long de la large voie
que lui offrait les ossements de la bête. Son regard capta la chute incontrôlée du drake incapable de
déployer son aile, et d'une pensée et elle libéra un sortilège qui, bien que lent, pourrait peut être
réparer son aile à temps. Elle ne pourrait faire plus a cette distance.
Un regard à ce misérable échec de la nature procura un plaisir malsain au dragon. Enfin,
cette ridicule bravade s'était achevée.
Le chevalier tenait l'elfe encore sonnée qui, bien que légère pour le colosse qu'il était
commençait à peser, ravivant des blessures qui le lancèrent dans tout le corps, et faisant puruler les
entailles que les gargouille avaient infectées d'une maladie profane, qui le dévorait de l'intérieur.
Tout autre que lui se serait effondré, abattu par tant de souffrances. Mais ce n'était rien, il en
avait vécu tant : les tortures, la mort des siens, ses remords de ne pas avoir été là, de n'avoir pu les
sauver, puis le roi liche qui lui offrait une seconde chance. Le prix avait été plus élevé qu'il n'aurait
jamais pu l'imaginer. Chaque jour il devait lutter pour garder le contrôle, mais plus jamais il ne
serait l'esclave de qui que ce soit. Le grondement guttural du chevalier se mua en rugissement
primaire, et il se lança en avant, atteignant enfin le crâne du léviathan.
« Adal guide ma main, qu'elle soit l'expression de la justice et protège les faibles ! »
« Poseur... »
Dans un souffle la jeune prêtresse avait laissé échapper une de ses piques habituelles. Elle
commençait à bien connaître ce noble draeneï, torturé par un passé terrible.
« Pose-moi, tu seras plus à l'aise. A mon tour de te protéger. »
« Bwah ! Protégé par une demi-portion ? »
Il sourit en retour alors que des étoiles argentées fusaient vers lui pour réparer ses chairs
lésées.
Comment ces êtres osaient-ils la braver ? Ne voyaient ils pas qu'il n'étaient rien ? Que
fallait-il pour les abattre ? Rugissant et tourbillonnant elle tenta de les projeter dans le vide, mais ils
restèrent accrochés... Comment, mais comment cela était-il possible?
Les deux courageux membre de la Garde d'Argent, solidement arrimés par une potion dont
la composition à base de pattes d'araignées et de toile broyée avait été cachée à Alyssande, se
tenaient inflexibles en dépit des effort du dragon. Mais la potion ne durerait pas.
Changeant de stratégie le dragon décida de saisir entre ses pattes les deux importuns et de
les broyer lentement. Les griffes balayèrent l'espace situé au dessus du crâne osseux.
Des boucliers argentés dévièrent les griffes acérées pendant qu'Ikahel frappait tantôt le crane
tantôt les pattes qui passaient à sa portée.
Le temps s'écoulait et Alyssande priait que le convoi s'en soit sorti, mais le ciel refusait de se
couvrir et elle sentait ses forces faiblir.
Un bouclier ne détourna pas complètement la griffe et Ikahel vit un geyser de sang sortir de
sa cuisse où la solide armure avait été découpée comme du beurre. Une de ses parades finit par être
moins efficace et projeta Alyssande vers une corne dans un effroyable craquement d'os. L'Elfe sentit
un goût métallique écoeurant dans sa bouche quand elle se mit à vomir littéralement son propre
sang.
« Si tu crois qu'on va se laisser tuer ! »
Ikahel frappa, comme possédé par une force surnaturelle, et le crane céda sous ses coups.
Paniqué, le dragon sentit la blessure et le danger. Ils allait le terrasser... Impossible !
« Tu vois ? Tu sens ? Je vais te tuer, monstre ! »
Alyssande voyait la vie quitter Ikahel et son corps s'effondrer. Il avait perdu trop de sang et
n'avait plus la force de frapper, ou même de tenir sa hache. Elle tenta de le revigorer mais son corps
agonisant n'en pouvait plus. Elle espérait seulement que les autres...
Ikahel risqua un regard vers celle qui l'avait soutenu et aidé dans sa quête de rédemption. Il
ne pouvait plus tuer la bête, mais pourrait peut être protéger sa prêtresse.
Il rampa jusqu'à elle, la protégeant de son corps. Le dragon avait renoncé à user de ses
griffes, et assénait de violents coups sur le chevalier, cherchant à le broyer avant que l'un des deux
ne se reprenne et ne l'achève.
« Ce fut un honneur, Aly... »
« Partagé Ikahel... »
Elle se blottit contre lui, sentant les terribles impacts et la colonne vertébrale se briser.
« Tu penses que les autres... »
Avant que l'elfe n'aie pu répondre, elle vit les nuages apparaître et la tempête se lever.
« Oui Ikahel. Ils sont saufs, tu les as sauvés. »
« Nous les avons sauvés, partenaire... »
***************
Le proto-drake chutait sans pouvoir se redresser, l'aile déchiquetée par les crocs du dragon.
Pourtant l'animal tentait avec acharnement de ralentir sa chute à l'aide de son aile valide. Lentement,
les étincelles argentées réparaient les tendons et les os, mais le sol approchait a une telle vitesse...
Bien que son aile ne soit pas vraiment remise, la bête dans un dernier sursaut la déploya en
rugissant de douleur. Sa chute se ralentit, et un court instant il sembla qu'elle avait été stoppée, mais
l'aile céda de nouveau sous la pression du vent, et l'animal s'échoua non loin du point de rendez
vous.
Dans le convoi la lutte continuait pied a pied, et Lexav, à court de magie, pilotait comme un
forcené, multipliant des manoeuvres plus audacieuses les unes que les autres. Les défenseurs épuisés
attendaient avec terreur d'apercevoir dans le lointain une nouvelle vague de ces choses voler en leur
direction.
Nephelë, à bout de force, scrutait les alentours à la recherche d'un signe à la fois des nuages
et de son mentor. C'est alors qu'elle vit devant eux la masse rouge tomber dans une chute
incontrôlée. Un instant l'espoir la saisit mais l'animal tomba a nouveau. Aucun cavalier n'aurait pu
survivre à une telle chute.
Pourtant le dragon n'était pas réapparu. Peut-être mis en fuite, peut-être tué, ou agonisant.
Le gnome hela Nephelë pour pointer du doigt le ciel devant eux, où commençait à se
détacher une nouvelles troupe de serviteurs du Fléau.
« Les machines ne pourront pas les distancer. Nous avons perdus six porteur, et les trois quarts de
notre escorte. Il ont pt'êt' bien tué ce monstre, mais rien n'empêchera ces choses de nous achever ! »
« Je refuse! C'est injuste, leur sacrifice ne peut rester vain ! »
Les larmes embrumaient son champ de vision, et elle tremblait, secouée par la perte de son
mentor qui était aussi son amie la plus proche.
« Alors vot' chamane a intérêt à se bouger son joli popotin et d'nous pondre un miracle »
« Alyssande a foi en elle. Elle réussira. Elle a intérêt à ce que mes amis ne soient pas morts pour
rien. »
Sa voix n'était plus qu'un grondement sourd.
« Et vous ! Esprits de la nature ! Comment vous pouvez laisser faire ça ? »
Soudain, répondant à sa colère, le ciel se couvrit d'un amas de lourds nuages zebrés d'orage.
Mais eux se trouvaient dans une zone calme où les vents portaient les machines sans remous. Le
silence se fit, puis, cédant le pas à la stupéfaction des cris de joie retentirent.
Un blizzard chargé de grêlons aussi gros que le poing s'abattit sur les gargouilles, et des
éclairs carbonisaient les plus audacieuses. Le Norfendre s'était dressé, et les monstres fuyait comme
devant la peste.
« Vite ! Vers le point de ralliement ! »
Impatiente la jeune prêtresse scrutait l'endroit ou la monture s'était écrasée, dans l'espoir d'un
miracle.
L'appareil ne s'était pas encore posé qu'elle sautait, ralentissant les quelques mètres de chute
par une brume enchantée. Tombant et s'enfonçant dans la neige épaisse, elle rejoignit le drake. Le
sol s'était teinté de rouge tout autour de la bête qui gémissait de douleur. La résistance de ces
animaux ne cessait de la surprendre.
Aucune trace des deux passagers... Elle s'assura de soigner le courageux drake avant de
rejoindre le groupe. Elle ne comprenait pas. Qu'étaient devenu ses amis ? Dévorés par la bête ?
***************
Dans le ciel, sur le dragon, Alyssande sentait la vie d'Ikahel à côté d'elle, mince fil ténu sur
le point de se rompre. A côté, la haine de l'animal était palpable pour la jeune Elfe, et tout autour
d'elle l'aura de mort de la créature l'étouffait, toute de ténèbres et rage. Elle voulait dormir... Non,
elle vivait encore. Elle pouvait encore agir elle le savait, mais le prix...
Alors doucement, puis avec plus de force, elle se mit à chanter.
Ikahel ne sentait plus les coups. Son corps était en bouillie, il ne sentait plus la douleur, seule
la petite masse chaude sous lui existait. Quand il entendit le chant il crut que son heure était venue,
que le pardon lui avait été accordé, que son âme était sauvée. La voix était aussi belle que celle des
Naarus.
Puis quelque chose les saisit : les os durs et gelés de la patte formaient une cage autour
d'eux. La draco liche voulait les voir avant de les détruire.
Les deux insolents ! Ils lui en avait fait voir, mais maintenant ils allait mourir sous ses yeux,
et ensuite...
La poigne se resserra sur les deux corps, mais à sa grande surprise quelque chose luttait,
empêchant sa main de se refermer. Qu'avaient-ils encore inventé ?
Alyssande entonnait son chant, un chant ancien et rare. Elle puisait dans sa force vitale pour
revigorer le chevalier, et en lien avec les êtres vivants elle sentit ce qui animait le monstre au coeur
de glace. Elle hésita un instant. En lien avec les forces de vies alentours, s'ouvrir a une chose si
corrompue pouvait la condamner à un sort pire que la mort... Résolue elle décida, et s'ouvrit à l'âme
du dragon. Le hurlement que poussa l'elfe tira Ikahel de sa torpeur. Réalisant que les os se
rapprochaient il réagit par réflexe, et se leva pour repousser l'étau du titan. A ses côtés, la prêtresse
semblait habitée de la même flamme bleue que l'on voyait dans les entrailles du monstre.
Loin, au plus profond de ce qui n'était plus qu'un esclave lié au roi liche, elle trouva ce
qu'elle cherchait : l'essence, à peine plus qu'un souvenir de ce qui fut un noble et sage dragon. Brisé
et abandonné, il n'avait pu résister à Arthas qui avait usé de sa magie pour le ranimer, et s'était servi
de sa peine pour l'asservir.
Elle tendit la main vers lui, et chanta pour le repos de son âme. L'emprise d'Arthas était
grande, mais elle ne chercha pas à la briser. Elle insuffla sa propre essence en lui.
Alyssande souffrit atrocement alors que l'énergie bleutée et glaciale sortait de son corps.
Ikahel ne comprenait pas ce qui se passait, mais la force de l'étau se relâchait.
A bout de force elle sentit enfin le dragon lui répondre : des images, la sensation du vol au
dessus des terres d'Azeroth, la noblesse et la grandeur de sa race. Ce dragon était déjà vieux le jour
de sa mort, même pour un membre de son espèce.
« Merci petite Elfe... Nul doute qu'Elune t'a choisie. Je te plains de voir le monde sous son vrai jour,
mais tu as partagé ma peine. Désormais je t'offre ma joie, vis petit être, et merci... »
Soudainement les ossements cessèrent de bouger et commencèrent à se désagréger en une
fine poussière et ce qui un instant plus tôt était une incarnation titanesque de la mort n'était plus
qu'un souvenir.
Un autre problème mobilisa l'attention du chevalier : si l'elfe n'irradiait plus de magie, elle
n'en était pas moins livide et inconsciente. Hors ils chutaient, et de haut. Et, de ce qu'il en savait, le
Roi Liche ne lui avait pas appris à voler.
C'est alors que le vent se mit à tourner autour d'eux, ralentissant leur chute pour les déposer
à proximité de leurs amis. Portant Alyssande dans ses bras, il se dirigea vers ce qui restait du
convoi, où les hommes valides se préparaient à occuper le terrain pendant que les guérisseurs
s'occupaient des blessés. Le plan avait marché !
Il marcha droit vers Nephelë, fourbu et épuisé, et la regarda pendant qu'elle le dévisageait,
incrédule.
« Je vous ai cru morts... »
« Nous aussi on a bien cru qu'on allait y passer. Elle a fait un truc, et... Plus de dragon ! »
« Quelle inconsciente ! Si elle était pas évanouie... »
L'elfe ouvrit doucement les yeux.
« Elle n'aimerait pas qu'on crie près d'elle. »
Le chevalier et la Draeneï la regardèrent. Elle était si pâle qu'on l'aurait cru au seuil de la
mort et sa voix était à peine un murmure, mais son visage était illuminé par un sourire radieux.
« J'ai très faim... »
« Quoi ? Tu viens de frôler la mort et tu as faim ? »
« Ben oui, et rassure moi, tu as bien pris la bouteille chauffante du gnome ? Tu sais, celle ou je mets
mon chocolat chaud ? »
Les deux amis éclatèrent de rire en la regardant, et l'installèrent sur un lit pliant avant d'aller
chercher de quoi la satisfaire.
« Ben quoi... j'ai vraiment faim ! Non mais sérieusement ! Revenez ! ».

_________________
Il n'y a pas de pire crime que de bruler les livres, hormis ne pas les lire
Revenir en haut Aller en bas
http://raid-argent.virtuaboard.com
 
Les aventures de la garde en texte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les aventures de la garde en texte
» [A faire vivre] La guerre en Lordaeron
» Le chapitre deux de la garde en texte
» Buvabilité et vin de garde.
» Les Aventures de Tom Bombadil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Garde d'Argent :: La Grande Bibliothèque :: Vies Antérieures :: Star Wars :: Il était une fois...-
Sauter vers: